LA BIBLE ET L’ÉCOLOGIE,

LA BIBLE ET L’ENVIRONNEMENT :

l’actualité du message de l’Ancien et du Nouveau Testament pour la préservation de la planète

 


L’environnement dans la Bible, l’écologie dans la Bible :

De nos jours tous les partis politiques, tous les courants philosophiques, et même le monde de l’économie et les grandes entreprises, semblent se convertir à la défense de l’environnement. Il est heureux que beaucoup de ceux-ci, qui sont responsables de la situation actuelle, commencent enfin à opérer un réel changement : espérons qu’il ne sera pas aussi fragile, passager ou mercantile que ce qui les a animés jusqu’ici.

Il est important en effet, pour une conversion vraiment durable, de s’appuyer sur des convictions profondes, qui ne dépendent pas des idées lancées par quelques-uns, ni des modes, ni des intérêts du moment. Or il se trouve que de ces convictions sont présentes dans la Bible depuis presque 3000 ans pour la plupart d’entre elles, et soulignées encore depuis 2000 ans dans le monde chrétien. Et pourtant l’on pourrait s’en étonner. En effet certains des problèmes de nos jours semblent bien éloignés de l’époque de la rédaction de la Bible : la pollution, la surpopulation… Et pourtant les valeurs qui pourraient nous pousser à rejeter nos modes de consommation excessive sont déjà présentes dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament. Et que dire de ces véritables hymnes à la Nature et à sa protection que l’on peut lire dans la Bible et dans d’autres textes chrétiens :

« Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. » (Livre de la Genèse)

« Qui ne sait, parmi tous ces êtres, que la main de Yahweh a fait ces choses, qu’Il tient dans sa main l’âme de tout ce qui vit, et le souffle de tous les humains ? » (Livre de Job)

 

 

Illustration extraite du site

« Images et textes pour le quotidien »

 

« Interroge les bêtes, elles t’instruiront, les oiseaux du ciel, ils te l’apprendront; parle à la terre, elle t’instruira. » (Ibid)

« Loué sois-Tu, mon Seigneur, avec toutes Tes créatures. (…) Loué sois-Tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la Terre, qui nous porte et nous nourrit, qui produit la diversité des fruits, avec les fleurs diaprées et les herbes. » (Saint François d’Assise)

« Ô mon Dieu, je reconnais Ta présence dans les merveilles de la nature. » (extrait d’une prière d’Hilaire de Poitiers)

 

Tous ces textes peuvent être retrouvés, classés par thème, dans l’ouvrage ci-dessous, librement téléchargeable :

 

 

De fait, beaucoup d’images employées au fil des Livres Saints relient la Nature et les plus hautes valeurs spirituelles. C’est ainsi que l’image de la Rose est très présente dans l’iconographie biblique (symbolisant la communauté des croyants) et plus encore dans l’iconographie chrétienne (elle symbolise l’idéal spirituel, la pureté de la foi, la Vierge Marie) ; quant à l’Agneau, il est associé dans l’Ancien Testament à l’animal sans faute (expiant celle des autres) et, dans le Nouveau Testament, à la figure de Jésus, messie sacrifié à Pâques (et symbolisant l’innocence et la Nouvelle Alliance scellée entre Dieu et les Hommes). Ce faisant, Jésus accomplit toutes les prophéties comme on peut le lire dans « L’évangile selon les prophètes et les mystiques », librement téléchargeable en cliquant sur ce lien, mais il aussi accomplit et abolit les sacrifices sanglants des anciens rites : désormais, pour les chrétiens en tout cas, les sacrifices offerts à Dieu ne sont plus que des offrandes spirituelles.

 

 

Illustration extraite du livre

 « Images spirituelles contemporaines »

 

Message écologique et message chrétien :

Cette mise en valeur de la Nature est présente, on le voit, dès l’Ancien Testament. Elle est particulièrement mise en valeur dans plusieurs textes chrétiens très connus, en particulier cette prière de saint François d’Assise au XIIIème siècle pourtant, dont voici un bref extrait :

« Loué sois-Tu, mon Seigneur, pour sœur lune et les étoiles, dans le ciel Tu les as formées claires, précieuses et belles.

Loué sois-Tu, mon Seigneur, pour frère vent, et pour l’air et le nuage et le ciel serein et tous les temps, par lesquels à Tes créatures Tu donnes soutien.

Loué sois-Tu, mon Seigneur, pour sœur eau, qui est très utile et humble, et précieuse et chaste.

Loué sois-Tu, mon Seigneur, pour frère feu, par lequel Tu illumines la nuit, et il est beau et joyeux, et robuste et fort.

Loué sois-Tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe. »  (extrait de l’ouvrage « Textes pour le quotidien »).

 

Très logiquement l’on a pu lire aussi, dans le monde chrétien, des phrases telles que :

« La racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent » (première épître à Timothée).

 « Ordonne à ceux qui sont riches dans le présent siècle, qu’ils ne soient pas hautains et qu’ils ne mettent pas leur confiance dans l’incertitude des richesses, mais dans le Dieu qui nous donne toutes choses richement pour en jouir » (ibid).

 « Dieu Tout-Puissant qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de Tes créatures, Toi qui entoures de Ta Tendresse tout ce qui existe, répands sur nous la force de ton Amour pour que nous protégions la vie et la beauté » (extrait d’une prière du Pape François).

 

Tous ces textes peuvent être retrouvés, classés par thème, dans l’ouvrage ci-dessous, librement téléchargeable :

 

 

Incroyable vision prophétique de la forêt d’Amazonie en flammes :

Les lignes précédentes nous ont montré combien les lecteurs de la Bible et des textes chrétiens ont été avertis des dangers auxquels mènent certains comportements. En réalité ils ont même été avertis de réelles situations que nous connaissons aujourd’hui. Certaines prophéties peuvent être en effet interprétées comme annonçant des dérèglements climatiques extrêmes et autres catastrophes naturelles. Mais il en est une qui n’a même pas besoin d’être interprétée tant elle est claire. Aussi étonnant que cela puisse paraître vu le temps qui s’est écoulé depuis son écriture ainsi que l’éloignement géographique, c’est ainsi le livre d’Isaïe qui évoque sans ambages l’incendie continuel de la forêt d’Amazonie : cette prophétie est à replacer au cœur d’un ensemble d’annonces prophétiques qui retracent de façon chronologique toute notre histoire jusqu’à aujourd’hui : pour plus de détails, se reporter à « L’évangile selon les prophètes et les mystiques », librement téléchargeable en cliquant sur ce lien.

 

 

Défense du monde et monde chrétien :

Pour les croyants, nous ne sommes que les gardiens de la Terre depuis Adam et « c’est au Seigneur qu’appartient la terre, avec tout ce qui s’y trouve, le monde avec tous ceux qui l’habitent » (Psaume 24, 1-2). C’est donc très logiquement que le monde chrétien s’élève depuis des décennies contre les attitudes qui produisent toujours plus d’excès, de gaspillages, de destructions. Et qu’il défend la protection de la planète, création divine selon les croyants, et bien commun. Il en est ainsi dans le monde protestant comme on peut se le rappeler ici :

« Les conférences internationales ont débuté avec le sommet « Une seule Terre », organisé par les Nations Unies à Stockholm en 1972; le Programme des Nations Unies pour l’environnement a été créé cette même année. Vingt ans plus tard, en 1992, après plusieurs catastrophes écologiques qui ont manifestement contribué à éveiller les consciences, la conférence de Rio de Janeiro a rassemblé 117 chefs d’État ou délégués des gouvernements de 178 pays. Ce sommet a débouché sur la rédaction de conventions sur les changements climatiques ou sur la préservation de la diversité biologique. Les délégués ont rédigé l’Agenda 21, un programme de mise en œuvre du « développement durable ». Un accord sur le problème de la désertification et un autre sur l’aide au développement ont été signés sur la base de plusieurs accords ou textes antérieurs, comme le rapport Brundtland en 1987, qui définissait le développement durable et jetait les bases d’un programme d’actions urgentes à entreprendre pour préserver l’environnement à l’échelle mondiale. Le bilan du Sommet mondial pour le développement durable, qui s’est tenu à Johannesburg en 2002, est dans l’ensemble positif. Le protocole de Kyoto, élaboré en 1997, sur les changements climatiques (en particulier sur les émissions de gaz à effet de serre) a été ratifié par de nombreux pays, même si des exceptions notables (les Etats-Unis) en ont affaibli la portée symbolique et pratique.

Les Églises historiques ont emboîté le pas de ces conférences internationales en 1983, à Vancouver, lors d’un rassemblement œcuménique sur le thème « Justice, paix et sauvegarde de la création », sous l’impulsion du physicien allemand von Weizsäcker. En 1989, la Conférence des Églises européennes convoquait près de 650 délégués à Bâle, en Suisse, sur le même thème, qui sera de nouveau repris à Graz, en Autriche, en juin 1997. Le réseau écologique chrétien européen (ECEN, European Christian Environmental Network) mis en place en 1998, dans le même élan, adresse régulièrement des appels aux Églises chrétiennes et leur propose de célébrer un « Temps de la création », avec des liturgies appropriées, du premier dimanche de septembre au deuxième dimanche d’octobre. Toujours en Suisse, à Villars en 1987, les chrétiens évangéliques ont signé une Déclaration sur l’entraide et le développement, mais ce texte est souvent passé inaperçu. Les travaux du Comité de Lausanne ont également rendu les évangéliques sensibles à la nécessité de préserver la création. » (extrait de https://larevuereformee.net/articlerr/n232/bible-et-ecologie-protection-de-lenvironnement-et-responsabilite-chretienne)

Et il en est de même dans le monde catholique :

« En 1971, le bienheureux Pape Paul VI s’est référé à la problématique écologique, en la présentant comme une crise qui est « une conséquence...dramatique » de l’activité sans contrôle de l’être humain : ‘‘ Par une exploitation inconsidérée de la nature [l’être humain] risque de la détruire et d’être à son tour la victime de cette dégradation’’ ». Ces mots proviennent de l’encyclique « Laudato Si », dont le titre fait référence à ce même saint François d’Assise que nous évoquions plus haut. Publiée par le Pape François, autre référence à ce même saint, elle rappelle les messages de ses prédécesseurs et notamment que « rien de ce monde ne nous est indifférent ». On retrouve ce texte en plusieurs endroits, notamment sur cette page du site du Vatican.

De nombreux ouvrages, et de nombreuses pages internet, évoquent encore le sujet de l’écologie sous l’angle de vue chrétien. Entre autres nombreux exemples : « Soyons attentifs aux rapports de plus en plus nombreux émanant de la communauté scientifique, analysons l’actualité avec un esprit critique, examinons les rouages de l’économie mondiale, écoutons la voix de ceux qui parlent au nom des sans-voix – les personnes opprimées, défavorisées, marginalisées, mais aussi les animaux et les plantes. Écoutons les dirigeants d’Églises, en particulier le patriarche œcuménique Bartholomée, ou le Mouvement de Lausanne, ou encore, plus récemment, le pape François qui dans son encyclique Laudato Si appelle à « entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune ». L’image se précise de manière effrayante : notre planète, notre seule demeure dans cet univers, est d’ores et déjà un lieu plus ou moins inhospitalier. » (extraits de https://lire.la-bible.net/reflexion/la-bible-et-l_ecologie)

 

Illustration extraite du site

« Images et textes pour le quotidien »

 

Actualité de ce message dans un monde en quête de sens :

La démarche écologique s’inscrit fort logiquement dans un monde contemporain en quête de sens et de spiritualité… et dans lequel les possibilités pour aider et protéger les autres sont pourtant toujours plus nombreuses. Une autre page de ce site évoque encore plus en détail tout ce qui touche au christianisme et au monde d’aujourd’hui : cliquer ici.

 

 

Illustration extraite du livre

 « Images spirituelles contemporaines »

 

Mêmes messages y compris dans le cadre du dialogue interreligieux :

Les messages des religions issues de la Bible et même au-delà sont tellement similaires qu’on peine parfois à les distinguer. Voici quelques extraits de « l’Évangile selon l’Olivier », qui les met en parallèle de cette façon souvent très spectaculaire :

 

L’ouvrage complet est librement téléchargeable en cliquant sur ce lien.

 

Plus généralement, vous pouvez retrouver la plupart des textes cités sur cette page dans ces ouvrages déjà évoqués, tous librement téléchargeables en cliquant sur ce lien.

 

 

 

QUELQUES SITES DE RÉFÉRENCE :

Aujourd’hui, les rencontres et les relations entre les différents courants sont de plus en plus nombreuses, de même que des efforts de textes et même de célébrations œcuméniques. Aussi je mêle volontairement ci-dessous des liens provenant de différentes tendances du christianisme :

 

 

 

ET LE SITE « ÊTRE CHRÉTIEN » :

 

 

Pour prier, pour méditer, selon son état d’esprit, selon le moment ou au quotidien :

 

Les plus belles phrases issues de la bible ou des auteurs chrétiens (de toute tendance), illustrées par de superbes photos

Cliquer ici pour accéder au site au format portrait (pour smartphone…)

Cliquer ici pour accéder au site au format paysage (pour tablette, ordinateur…)